The Umbrella Academy s1 et 2

Sept enfants, nés le même jour à la même heure de mères qui n’étaient pas enceintes un quart d’heure avant, sont adoptés par un milliardaire qui veut en faire une équipe de super-héros.

30 ans plus tard, cinq d’entre eux se retrouvent pour les funérailles de leur père adoptif. Numéro 5, capable de téléportation et disparu depuis dix-sept ans, réapparaît et les prévient que la Fin du Monde est dans huit jours.

On choisit ses amis, pas sa famille.

Les retours enthousiastes des copains après la saison m’ont poussé à regarder cette série. Au pire, je me serais arrêté en plein milieu (c’est ce que j’ai fait avec Orphan Black après tout.)

Et ben je me suis régalé. Formellement, c’est super propre, même si un réalisateur unique ça n’aurait pas été de trop (remarque valable pour 99% des séries.) Les personnages sont intéressants, et les acteurices… Pfiou là.
Le casting principal fonctionne super bien, même s’il y a trois voleurs de scènes : Aidan « Numéro 5 » Gallagher qui bouffe un peu plus le décor à chaque épisode (il ira loin comme acteur, lui, à condition de faire les bons choix de carrière), Robert « Klaus » Sheehan, qui met de côté sa capacité à balancer ses répliques à toute vitesse (ce qu’il faisait très bien dans Misfits et Mortal Engines) pour un personnage au débit plus posé mais complètement queer et tellement plein d’émotions (j’attends que le cinéma indépendant lui mette le grappin dessus, qu’il fasse une carrière comme celle de Daniel Radcliffe) et ma grosse baffe dans les dents, Amy « Allyson » Raver-Lampman que j’ai trouvée hyper charismatique, elle capture l’écran et ses collègues lui passent (très bien) les plats. On m’a cité Ben, le fantôme accroché à Klaus – il prend plus d’indépendance avec la s2 et est accompagné de ninjas coupeurs d’oignons à la fin de celle-ci, mais ses trois collègues sont àma un cran au-dessus. Ellen Page est un cran en-dessous, mais l’histoire de son personnage le justifie.

L’histoire à base de paradoxes temporels et de famille dysfonctionnelle appuie sur tous mes boutons. Des persos dotés de pouvoir qui les font évoluer, check ; des persos dotés de pouvoirs qui sont plus aux prises avec leur émotions et leur famille qu’avec les catastrophes, check ; humour pince-sans-rire, check ; organisation tentaculaire TGCM, check ; générique intégré au décors, check ; bande-son de diiiingue, check ; titre qui se fond dans le décor à chaque épisode, check.

Un ami m’a dit que c’était « des PJs qui n’ont rien compris à la campagne. » Le fond de vérité est vachement proche de la surface quand même.

Je regarderai joyeusement la saison 3 dites donc.

Cet article, publié dans Images animées, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre avis ? Une réponse ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.