Green Book

1962. Tony Lip, videur italien du Bronx, est engagé par le docteur Donald Shirley, pianiste, pour une tournée dans les états du Sud.
Sauf que Don Shirley est noir.
Ils devront loger dans les établissements du Green Book qui recense ceux où les noirs sont autorisé.

Bon d’là que c’est beau. Formellement, déjà. La photo est magnifique, Farrelly prend le temps de filmer certains dialogues en plans longs et conserve un dynamisme certain qui souligne l’humour des dialogues (Peter Farrelly comme « les frères Farrelly »…) et ça fonctionne super bien. Et la bande-son est juste savoureuse, passant du rock’n’roll au classique via le jazz, tranquillement, hop hop hop, en toute légèreté. Un ré-gal.

Viggo Mortensen est méconnaissable, avec un nombre certain de kilos en plus, et son accent italien est très crédible. Mahershala Ali est excellent, flegmatique et digne. Les deux en contrepoint l’un de l’autre se complètent idéalement… Je l’avais découvert dans la saison 1 de Luke Cage où il était très bon, là il est largement meilleur.

En plus c’est basé sur une histoire vraie d’amitié qui a duré un peu plus de cinquante ans après être née sur cette route les protagonistes originaux sont décédés en 2013, à quelques mois d’intervalle. Le fils de Tony, Nick, a écrit le livre que le film adapte (et y joue, ainsi qu’une solide partie de sa famille…)

Et à côté de ça, le film montre la ségrégation telle que les États Unis d’Amérique la pratiquaient en 1962. Et Green Book parvient à être glaçant dans cette horreur parfois feutrée et souvent ultra violente.
Tony lui-même passe du gars qui jette les verres dans lesquels des ouvriers noirs venus travailler chez lui ont bus à celui qui invite à sa table de Noël un noir…

Comme Hidden Figures, c’est un film important dans ce qu’il montre de la lutte pour les droits civiques. Je préfère toutefois Green Book dont j’ai l’impression qu’il est plus en accord avec l’Histoire et dont le casting donne une prestation plus organique (quand Mortensen met une beigne, il y a de quoi se demander à quel point c’est du chiqué… Il a appris deux ou trois trucs des cascadeurs néo-zélandais, c’est sûr !)

Dommage que Don Shirley ne fût pas plus connu.

Publicités
Cet article, publié dans Images animées, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Green Book

  1. Vu deux fois dont une au ciné en VO. J’adore les personnages, et c’est très bien joué.

Votre avis ? Une réponse ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.