Sex Education

Otis Milburn, fils de sexothérapeute, 16 ans, fait équipe avec Maeve Wiley, la « vilaine fille » du lycée pour dispenser des thérapies de sexologie aux lycéens autour de lui. Sauf qu’il n’a aucune expérience sur le sujet…

On part sur un concept quand même super chelou. Et en fait… mais c’est super bien écrit !

J’attaque les reproches : la série est sensée se passer au Royaume-Uni (et a été tournée là-bas) mais… L’école n’a RIEN à voir avec le système britannique et du coup la vraisemblance prend une tatane (comment ça, pas d’uniforme ?). Sans compter qu’il fait super beau globalement tout le temps, sérieusement, c’est pas crédible du tout ça (du point de vue d’un bouffeur de grenouilles, en tout cas…) Le scénario est loin d’être ébouriffant d’originalité : en version réduite, ça serait un parfait teen-movie romantal / sentimentique où l’on peut prévoir chaque roulage de pelle. On voit bien venir les événements, heing.

Les actrices et acteurs se baladent quand même un accent british à découper à la tronçonneuse,  ce qui est un régal. D’ailleurs, dans l’ensemble, leurs performances sont très bonnes : Gillian Anderson en mère un peu larguée par son fils s’en donne à cœur joie et Emma Mackey, qui joue Maeve Riley, est excellente en paumée qui veut s’en sortir.

La photographie sublime absolument les décors, en particulier les paysages, c’est extrêmement agréable à regarder.

Et puis… J’ai dit que c’était bien écrit ? Je ne saurai trop insister sur cette qualité. Cette série commence comme étant une comédie en dessous de la ceinture et BAM prend toi un épisode sur l’avortement suprêmement bien écrit : c’est touchant, plein d’émotions, sans pour autant verser dans le pathos larmoyant, c’est fin… et la suite continue comme ça, dans la bienveillance. Tacle en règle contre le cyber harcèlement (avec en prime un magnifique I am Spartacus), l’homosexualité (Ncuti Gatwa, grandiose) et son acceptation par tant par celui qui la vit que par ses proches ; mise en avant de la nécessité du consentement mutuel (« No means no« ) … et de la bienveillance, au moins autant que possible.

En tout cas, c’est beaucoup plus sain que cela n’augurait. Et amusant. Et touchant.

Bref, Sex Education, c’est bien.

Publicités
Cet article, publié dans Images animées, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Sex Education

  1. Hello cher ursidé. J’ai aussi vu la série c’était frais alors que je n’en attendais vraiment rien

Votre avis ? Une réponse ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.