Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire

A Series of Unfortunate Events en VO. Violet, Klaus et Sunny Baudelaire se retrouvent orphelins dans un incendie et le comte Olaf devient leur tuteur… sauf qu’il manipule tout le monde pour les adopter afin d’ensuite s’assurer de leur disparition pour obtenir leur fortune.
Tout ceci est raconté avec détachement par un certain Lemony Snicket.

Série produite (beaucoup) par Barry Sonnenfeld et par Neil Patrick Harris (un peu), il s’agit de l’adaptation en séries des livres de Daniel « Lemony Snicket » Handler (Lemony Snicket étant son nom de plume. D’ailleurs, il apparaît dans la série…)

L’esthétique cheloue de Sonnenfeld (The Addams Family, Men in Black…) est bien là, c’est d’ailleurs hyper propre et d’une qualité constante. Il a réalisé quelques épisodes  mais confié la réal’ à pas mal de monde, je le soupçonne d’avoir sévèrement surveillé…

Les acteurs, de manière générale, en font des tonnes et le show a l’habitude de montrer ce que le narrateur vient de décrire.. Et du coup, je n’arrive pas à savoir si c’est le Quatrième Mur qui en prend pour son matricule (et il se fait régulièrement tirer dessus à coup de canon). Maiiiiis… Le comte Olaf est (sensé être) un mauvais acteur et Harris est excellent à en faire des tonnes. Ses déguisements, tous plus mauvais les uns que les autres, sont géniaux dans leur exagération.
J’ai eu un mal fou à ne pas voir de ressemblance entre Louis Hynes, qui joue Klaus Baudelaire, et Woody Allen. J’espère qu’il ne tournera pas aussi mal… mais du coup impossible de ne pas croire à son personnage d’intellectuel binoclard.

Le reste du casting est très bon : entre Patrick Warburton (inoubliable en The Tick), Will Arnett, Cobie Smulders, mais également Morena Baccarin, Alfre Woodard, Nathan Fillion, Peter MacNicol…

Ce qui m’a fait continuer, c’est l’univers et le secret qui entoure les défunts parents Baudelaire. Les épisodes fourmillent d’indices laissés à la vue sur le sujet, souvent remarqués par les personnages mais qui ne savent pas quoi en faire parce qu’ils ne savent pas qu’il y a un puzzle – le genre de puzzle monochrome en noir dans une pièce sans lumière qu’un manchot doit reconstituer*…
Et puis le détachement global

Je ne sais pas ce que donnent les bouquins – qui a fourni une bonne partie de certains dialogues, du genre mot à mot – mais la série se laisse regarder. Ce qui m’amuse, c’est que le film de 2004 a un certain nombre de noms en commun en plus de l’auteur d’origine…

Bref, ça se laisse regarder.

Je me demande quand même s’il n’y a pas un fond de « adultes, écoutez les enfants, ils ont des choses à vous dire » derrière tout ça… mais également « l’inaction est souvent pire que l’action. » Mais franchement, là, je tire un peu les cheveux.

 


*l’aveugle a un meilleur toucher et donc plus de chances d’y parvenir…

Publicités
Cet article, publié dans Images animées, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre avis ? Une réponse ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.