Solo: A Star Wars Story

La jeunesse du vaurien le plus cinématographique de ce côté-ci de la galaxie très très lointaine alias « le deuxième spin-off Star Wars ».

Attention, je divulgâche vaguement.

Bon d’là que je suis embêté.

J’y suis allé en craignant la catastrophe de grande ampleur. Oui, pour une fois, je n’ai pas pu mettre de côté mes a-priori…

J’ai été déçu en bien – en gros, c’est pas si mauvais que ça. C’est pas fou fou non plus, mais c’est sympa sans plus.
La forme pêche beaucoup, le fond un peu moins maaiiiis quand même…

Allez, la forme.

Ron Howard n’est pas le premier venu derrière une caméra, il a même déjà dirigé un (autre) univers de Lucas : Willow (un pur classique, dont les effets spéciaux sont devenus malheureusement désuets, le film accuse bien ses trente ans). POURTANT, il parvient à nous sortir des scènes de baston brouillonnes au possible… mais enlevées et surtout brèves : ça a du punch et ça fonctionne quand même.

(! Alerte divulgâchage ! « ça fonctionne quand même » : sponsor officiel de cette chronique.)

Par contre, l’étalonnage POURRI… Pendant un moment j’ai cru avoir des lunettes pour film 3D sur le nez tellement c’était désaturé. Merde, on est dans du Star Wars quoi ! On veut des sables qui éblouissent au Soleil, des uniformes de Stormtroopers rutilants ! C’est hyper dommage, surtout avec un soin apporté aux décors, aux costumes et aux accessoires (les cartes de sabacc !) complètement fou. On n’en profite pas du coup.
Ceci dit, la scène « de guerre » est bien sale et fonctionne quand même super bien.

La musique est signée John Powell, adaptée de celle de John Williams et ça sent, bon d’là ça se sent… Quelle tristesse…

Les acteurs… Bon, je suis très client du boulot de Woody Harrelson, donc j’ai bien aimé ce qu’il faisait. Mais on sent quand même le typecasting de malade, où l’on prend les gens pour ce qu’ils savent faire. Un p’tit gars pas trop connu (ah tiens il était dans Blue Jasmine) pour jouer le rôle principal, reflétant sa fraîcheur ; Harrelson, un personnage passablement blasé ; Emilia Clarke, ben on a besoin d’une femme un peu badass, hop, on embauche la khaleesi… Dommage quoi. Mais ça fonctionne quand même.
Belle exception : Donald Glover en Lando Calrissian, qui reprend le manteau la cape sur-mesure avec le sourire, la gouaille et le charisme de Billy Dee Williams, le tout avec un mojo de ouf.
Tiens, en parlant de Lando, sa copilote / amoureuse, la droïd L3, elle DÉCHIRE. Sans compter sur les échos à notre propre monde que cela implique…

Paresse d’écriture : Han répond « I know » à chaque fois qu’on lui dit un truc important. On avait compris la première fois, les trois suivantes étaient superflues…

Et enfin, le scénario… Pfff. On dirait que Solo a fait tous les trucs importants de sa vie (rencontrer Chewie, le Kessel Run, gagner le Millenium Falcon) en une semaine.
User d’ellipses pour signaler le passage du temps, voire de photos « dans le feu de l’action » légendées avec une date et un lieu ça aurait été top.
Mais bon sang, ça fonctionne quand même… enfin presque.

Parce qu’avoir relié le Kessel Run à la fondation de la Rébellion, c’est petit, mais petit… De même, avoir relié le syndicat du crime Crimson Dawn à Darth Maul, mais QU’EST-CE QUE PUTAIN DE QUOI ? J’avoue  que là, ça ne fonctionne plus. Mais ça tombe pour la fin (bim le divulgâchage) donc bon, ça va encore, mais ça laisse un peu un sale goût.

BREF.

Solo, c’est bien ?
Non. Trop de défauts.

Solo, c’est mal ?
Non plus. Il y a plein de trucs sympas.

Alors Solo, c’est comment ?
Sympa, sans plus. Ne pas le voir au cinéma n’est pas une grosse perte ; se le regarder chez soi en vod est laaaargement suffisant.

Publicités
Cet article, publié dans Images animées, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Solo: A Star Wars Story

  1. Corben dit :

    je l’ai vue ! je l’ai trouver un peu long, mais j’ai bien aimé !

    pour le reste, c’est vrai qu’il nous font découvrir toute ses aventures (Faucon, Chewie, etc) en une seule « aventure », mais bon…c’est Star Wars, donc je suis pas objectif ^^

    par contre tout comme Rogue One, j’ai adoré le droïde.

Votre avis ? Une réponse ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.