L’Homme qui Tua Don Quichote

« Un film qui a mis 25 à faire… et à défaire »
Le Quichote de Gilliam, c’est un serpent de mer cinématographique. Accumulant mauvaises décisions et malchance, le Monty Python américain n’a jamais abandonné son rêve de réaliser ce film.

Ça y est , il est sorti.

Et cette fois, Toby, réalisateur de publicités, revient sur le lieu de tournage de son film de fin d’études… et retrouve le vieil homme qu’il avait alors filmé. Sauf que celui-ci a été pris par le fameux chevalier à la triste mine et croit qu’il est Don Quichote…

Je comprends que certain-e-s n’aient pas envie de le voir, notamment à cuase de la première grosse tentative qui a fini en documentaire sur l’échec, Lost in la Mancha, et entre autres de ce cheval affamé pour ressembler à Rossinante, jument efflanquée, et qui en est mort… Je le reconnais : ça n’a certainement pas été la meilleure décision de Gilliam…

Je commence par ma conclusion : ce film m’a retourné les neurones et ravi les rétines. C’est beau, bien joué, bien pensé, possède plusieurs niveaux de lecture… Complètement ouf.

Attention, ça va divulgâcher.

Par où donc commencer ? C’est difficile. Il y a tant à dire…

Les acteurs sont formidables. Jonathan Pryce est un Quichote absolument parfait (mais qui fait regretter que feu monsieur Jean Rochefort ne pût pas remplir ce rôle à cause, entre autres, d’une chute de cheval) ; Adam Driver en réal’ de publicité blasé est excellent lui aussi.

L’image est sublime – les décors espagnols et portugais sont à couper le souffle, les costumes « d’époque » magnifiques… Gilliam utilise souvent un objectif grand angle qui déforme l’image et c’est génial : la confusion entre rêves, illusions et réalité est permanente pour les personnages, la distorsion de l’image emmène le spectateur dedans… Et ça déchire.

Il est difficile de ne pas voir dans le personnage de Toby un reflet de Terry Gilliam lui-même, courant après ce vieux projet qui finit par le bouffer complètement…

Et puis il y a un côté mythique à tout ça : Don Quichote raconte l’histoire d’un chevalier qui s’est désargenté en achetant des livres, L’Homme… suit un cinéaste qui a fait d’un acteur un nouveau Don Quichote et le rejoint des années après, pendant un tournage reprenant les codes de Quichote, pour ensuite le devenir lui-même… par un réalisateur qui a essayé pendant vingt-cinq ans de réaliser le sien.

J’en suis sorti assez ravi, mais cette impression n’est pas restée longtemps. Ça reste quand même une sacrée claque visuelle…

Publicités
Cet article, publié dans Images animées, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre avis ? Une réponse ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.