Être un xennial et avoir le cul entre deux chaises

Pour les gens qui suivent vaguement l’actualité zérosociale, une « nouvelle » commence à tourner voire à acquérir une cretaine viralité : les gens nés entre 1977 et 1983 sont des xennials, improbable croisement entre la génération X et les millennials (alias génération Y).

Ah ben je suis concerné dites-donc.C’est d’abord par FranceInfo que j’ai lu le truc, mais l’article de Slate.fr me semble le mieux foutu du lot.

J’ai entendu ni peu ni assez parler de cette foutue génération Y de merde, surtout à cause de l’étiquette Y qu’on m’a collé sur la gueule. Sauf que les critères Y, je ne les remplis pas plus que les X.*

Parce que la génération X, j’ai vu ce qui représente son apogée, et j’ai vécu la période de sa décadence et de sa disparition.
J’ai été le témoin malgré moi de l’émergence d’une génération dont je comprends les codes mais pas les ambitions.

Et putain je me sentais seeeuuuuuul…

Et là, ben là, un chercheur me dit, en substance « t’en fais pas mon gars, c’est normal, il existe une génération, née à peu près en même temps que toi, qui est dans ce cas. Vous êtes entre une enclume et un marteau. »

Trop jeune pour être vieux et trop vieux pour être jeune.

Des gens qui connaissent le meilleur de ces deux mondes, et savent en voir le pire. Des gens capables de naviguer de l’un à l’autre sans bouger les oreilles. Qui survivent à l’absence de wifi, savent repérer un jouet requérant des piles à plusieurs dizaines de mètres (un talent inestimable aujourd’hui qu’on fout des batteries PAR-TOUT) tout en e gavant de tutos et documentaires sur YouMotion sans bouder le LOL  pour autant. Des gens qui ont défriché Internet et qui ont vu ce pré carré être envahi et bouleversé par des plus jeunes qu’eux, alors qu’eux-mêmes avaient été gardés au loin des trucs cools par la majorité de leurs prédécesseurs…

Des gens que les générations précédentes commencent tout juste à écouter, prises entre le fait que les plus jeunes leur semblent pire… et que c’est pas comme si le président de la République Française en était potentiellement un.

J’ai un vague sentiment de reconnaissance : un sociologue a lâché la bombe, ses travaux seront étudiés et feront des petits. Les chercheurs ont compris qu’en fait, il y a du monde entre X et Y.
Et ce monde s’est vaguement fait marcher dessus, coincé entre l’individualisme forcené des précédents et le communautarisme frénétique des suivants, à essayer de se créer un équilibre constamment mis en péril par les voisins directs…

D’un côté, cela me rassure : je ne suis certainement pas seul à avoir vécu / vivre ça et en plus nous sommes reconnus « en tant que tels ».
De l’autre, cela me laisse un goût amer, celui d’avoir eu raison sans que cela ne soit quelconquement entendu, encore moins reconnu (oui j’ai un réel souci avec la reconnaissance).

Tribune de vieux con ?
Pas encore.

Tribune de jeune con ?
Trop tard…

Vous m’excuserez, mais j’ai les Red Hot Chili Peppers à écouter.

En CD…


* Néanmoins, je préfère une étiquette : ça se colle, se décolle, se cumule avec d’autres, il n’y a pas obligatoirement exclusion mutuelle de deux étiquettes… Alors que les cases, ben t’es coincé dedans et c’est bien la galère.

Publicités
Cet article, publié dans Élucubration, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Être un xennial et avoir le cul entre deux chaises

  1. Corben dit :

    Bienvenu au club…

    On est dans le même bateau

Votre avis ? Une réponse ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s