Blade Runner

Los Angeles, 2019. L’humanité a conquis les étoiles et, afin d’effectuer une certaine quantité de travaux, les répliquants ont été développés – des humains de synthèse. Aprs al révolte de certains d’entre eux, ils ont été interdits sur Terre et un corps de flics chargés de les « mettre à la retraite » est constitué : les Blade Runners. Rick Deckard en était l’un des plus efficaces… Et Bryant, son ancien supérieur, le remet en service pour pourchasser des répliquants intrus qui ont descendu un des derniers Blade Runners.

Bref, ça va ièch dans un L.A. post-apo

Blade Runner, adaptation par Ridley Scott en 1982 du roman de Philip K. Dick « Les Androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? », est un classique. Je ne l’avais pas vu avant, l’erreur est réparée. Par contre, le bouquin, je l’ai lu il y a déjà un certain temps…

Et bien évidemment, dans ce genre de cas, on est un peu déçu. Il manque tout le pan écolo du bouquin, où faune et flore n’existent quasiment plus parce que la Terre est soumise à un nuage de pollution (radioactive) éternel… le déclin des abeilles étant à l’origine du problème.

M’enfin bon. Scénaristiquement, ce director’s cut (je ne vous ferai pas l’histoire du caviardage par les producteurs du film…) se tient bien et laisse planer un doute quant à la nature de Deckard, les aficionados sont capables d’en débattre des heures durant. Ceci dit, cet aspect du film m’a laissé sur ma faim – le scénario, s’entend.

Par contre, visuellement… Ben il n’a pas vieilli, en fait. Bon, peut être les effets spéciaux des voitures volantes, ainsi que les écrans informatiques. Il ne manque que les téléphones portables pour avoir une vision approchante de notre société actuelle… les voitures volantes en moins.
Les décors sont magnifiques, déliquescents et cyberpunks, et Scott joue avec la lumière dans chaque plan de façon absolument parfaite.

J’ai eu énormément de mal avec une scène – celle où Deckard « séduit » Rachel, une répliquante de dernière génération douée d’émotions. Il obtient son consentement de façon franchement forcée. Pour lui faire ressentir le désir et l’amour ? Mouais. Mais ça relève quand même du viol… Certes, en 1982, le public s’émouvait moins de la chose, mais quand même. Une rapide recherche me révèle que je ne suis pas le seul à avoir ce problème… Toutefois, cela permet une autre lecture du film, où Roy, le leader des répliquants, devient un extrémiste bien intentionné et Deckard le méchant du film. En effet, tout ce que veut Roy, c’est vivre plus longtemps auprès de sa famille répliquante… Famille dont Deckard tue les deux filles restantes (dont une de dos).

Ah, j’y pense. Harrison Ford est très convaincant en flic blasé et passablement violent mais Rutger Hauer, qui joue un androïde en pleine crise existentielle, est encore meilleur, son monologue final étant mythique.

La BO de Vangelis est également fameuse, et ce n’est pas pour rien. On entend un poil trop le synthétiseur, mais c’est exactement ce qu’il faut pour un film comme ça.

Je ne suis pas ressorti emballé par Blade Runner. Mais secoué, notamment par l’aspect visionnaire de l’ensemble, oui. Et satisfait, parce que je l’ai ENFIN vu.

 

(damnède, j’ai raté l’immeuble Millenium Falcon, mais l’immeuble Bradbury m’a fait marrer)

Publicités
Cet article, publié dans Images animées, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Blade Runner

  1. Corben dit :

    aaaah Blade Runner, fait troooooop longtemps que je l’ai vus :/ faut que je le revois

    concernant le débat, Ford, répliquant ou pas ? R Scott avait lâcher un truc qui n’étais pas très bien passé au niveau des fan (le fossoyeur des film en parle)…

  2. Ping : Ghost in the Shell | Élucubrations ursidées

  3. Ping : Blade Runner 2049 | Élucubrations ursidées

Votre avis ? Une réponse ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.