L’Homme Irrationnel / Irrational Man

Abe Lucas est un professeur de philosophie qui a perdu le goût de vivre. Il s’installe à l’université de Braylin et fait la rencontre de sa collègue Rita mais surtout de Jill, pétillante étudiante.

Le Woody Allen 2015. J’ai failli le rater, pour un peu ; merci au Captain Hock chez Jellyfishthinks d’en avoir fait une micro-critique qui m’a ramené sur Terre… Parce que Woody Allen, c’est une longue histoire de fascination chez moi. Ses dialogues font mes régals depuis des années ; je m’étais bien amusé avec Scoop et Blue Jasmine m’avait scotché sur mon siège.

Bref, j’étais impatient.

Je crois que j’avais mis la barre un peu haut.

On sent bien la patte d’Allen dans la réal, notamment dans la façon qu’il a de filmer les dialogues : les personnages prennent tout l’écran et plus rien d’autre qu’eux n’importe. Pas moyen de se tromper, c’est bien lui, heing. Une photographie pas particulièrement remarquable, mais maîtrisée pour une lisibilité maximale.

Si Phoenix et Stone sont très bien dans leur interprétation, les vingt premières minutes (la première demie-heure ? je n’ai pas vérifié) sont looooooooooooooooongues. Quand enfin Abe trouve un truc pour se raccrocher à la vie – un acte qu’il qualifiera d’existentiel – le film prend ENFIN de l’intérêt. Mais c’est poussif… Une bonne partie des dialogues nécessite de connaître plus qu’un minimum de philosophie pour en profiter et le reste… beeeen… ça fait avancer l’intrigue, mais c’est à peu près tout.

Le personnage principal suit deux intrigues amoureuses et pousse plus particulièrement celle avec la plus jeune des deux… On sent à peine qu’Abe représente Allen… Pendant ce temps-là, Parker Posey, qui joue Rita, offre une performance hyper propre, plus intéressante que celle des protagonistes – j’ai trouvé que Phoenix finissait par tourner en rond.

Woody Allen vieillit – c’est naturel. Son cinéma s’en ressent, c’est dommage… Et le plus grand névrotique médiatique a besoin de tourner pour sa santé mentale. Je me connais : j’irai voir le prochain, c’est devenu pavlovien. Mes attentes seront revues à la baisse, alors même que je sais l’inconstance créative du monsieur et que je devrais toujours en attendre le minimum…

Voilà.

Voilà.

Publicités
Cet article, publié dans Images animées, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour L’Homme Irrationnel / Irrational Man

  1. De rien 😉
    Je suis tout à fait d’accord avec ta critique !!

Votre avis ? Une réponse ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s