Deadlands Reloaded : test et critique

Deadlands me chatouille la fibre rôlistique depuis des années – depuis mes premières lectures de Casus Belli il y a une vingtaine d’années pour être exact…. Quand j’ai vu qu’une nouvelle version voyait le jour, j’ai ressenti l’équivalent intellectuel d’un frisson dans le caleçon.
Pas question de passer à côté.
Le bouquin a donc sagement attendu – pas loin d’une année après acquisition (tardive !) et j’ai ENFIN pu le sortir.

Bon bon bon bon.

Deadlands – quand le western rencontre Lovecraft.
Qu’a-t-on là ?
Matériellement, un livre de 352 pages, relié, en quadrichromie, A4 ou presque, ça fait un beau bestiau… Les illustrations sont évocatrices, ce qui est parfait pour lancer l’imagination. On regrettera toutefois que le bestiaire – copieux – ne possède pas de meilleures illustrations. Certaines ont des relents des années 80…
Quelques soucis de traduction çà et là, c’est un peu dommage, et de grosses coquilles sur la carte (venez visiter le Colorodo, l’Illanois et le Wisconson !) On s’en remettra en rigolant un bon coup…

Quant au contenu… c’est un livre de base tournant à l’aide d’un système générique (inclus) légèrement tuné pour coller à l’univers. Le background est donc un peu léger, notamment lorsqu’il s’agit des localités mais donne envie de gratter, quitte à ce que ça soit de son propre côté.
On y trouve également les règles de Savage Worlds adaptée à l’univers : avec donc des petits changements, mais beaucoup de redondances pour qui les possède déjà. J’y trouve un côté pratique : ça permet de les passer aux joueurs si besoin est…

Le moteur. Bon, c’est Savage Worlds : ce qui suit peut s’appliquer à toute autre version de la chose. Maiiiiis…
Paradoxalement, j’aime les systèmes qui n’utilisent qu’un dé. Parce qu’on ne perd pas de temps à chercher lequel lancer… Mais là, on utilise tout le set, sauf le d20. Et ben j’aime bien. Parce que ça reste simple, puisque caractéristiques et compétences sont directement codées par le dé à lancer. Certes, le seuil de réussite est bas (4), mais la réussite épique (et colégram) en est simplifiée grâce à l’explosion des dés. Et rien n’empêche de réclamer des réussites supérieures, ni de coller du malus.

L’utilisation de cartes à jouer, ça aussi j’aime bien : que ce soit pour l’initiative, les rencontres aléatoires, utiliser un pouvoir magique ou bien lancer les joueurs sur du RP au coin du feu, ça claque. Je suis d’ailleurs très enthousiasmé par ce dernier usage, qu’il me reste à utiliser. Je sais que d’ores et déjà je vais me munir d’un jeu de tarot pour importer la pratique en méd-fan…

Au niveau de la maîtrise, c’est assez léger techniquement, donc simple à gérer… mais j’ai eu des petits soucis qui m’ont grumpfé, notamment avec l’état qui précède la blessure. Oui, on peut en récupérer avec un jet, mais encore eût-il fallu que je m’en souvinsse. L’absence d’écran, pour les premières parties, me handicape : il y a tout un tas de petites choses qui y figurent certainement qui m’eussent aidé. Bon, je l’ai , mais en pdf – j’attends (impatiemment) l’arrivée de mon colis de foulancement (appelé désormais « précommande participative »…)
On y trouve des trucs un peu contre-intuitifs, comme la terreur provoquée par les monstres : pourquoi se baser sur la valeur absolue si c’est pour l’ajouter à un jet ? Une valeur positive et basta ?
Ceci dit, je dispose seulement d’une première édition, où traînent donc quelques petits bugs. Rien de bien grave… au pire on applique bêtement et on modifie la règle ensuite en débriefant avec les joueurs – parce que leur expérience n’est pas moins importante…
Je n’ai pas utilisé les règles des jetons, faute d’en avoir, mais je subodore leur indéniable utilité, sans compter sur l’aspect purement ludique de la chose.

Du coup… ?
J’aime beaucoup, mais l’univers m’était déjà acquis. Il a un goût de Werewolf: The Apocalypse (et il y a même eu cross-over entre les deux univers… mais ça c’est oubliable), une bonne louche de Lovecraft, une dose de steampunk, le tout en plein western. Le système a l’air de tenir la route (mais pour le savoir, il faut jouer à tous les niveaux…) et se prend aisément en main.

Publicités
Cet article, publié dans Jeuderôlogie, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Deadlands Reloaded : test et critique

  1. Corben dit :

    Donc tu es rôliste !! ^^

    j’en avais pas entendu parler de ce jeux, par contre savage world et werewolf je connais (mais pas joué) je demanderais à « Le Grumpf » (sais pas si tu connais « john doe edition ») si il connais deadlands reloaded

    • Cousin Nalesk dit :

      Rôliste assumé – j’ai toute une catégorie dédiée au sujet :p
      Je ne connais pas personnellement le Grümph, mais j’aime bien ce qu’il fait. J’ai Paladins quelque part sur mon disque dur et Oltrééé! m’a intéressé, même si j’ai pesté au sujet de deux-trois trucs lors d’une partie de test où j’étais joueur (mais j’étais le moins véhément…)

      Je suis également très client de Werewolf, qui est à mon avis le meilleur jeu situé dans le Monde des Ténèbres (je vomis Vampire et j’ai énormément de mal avec Mage, même si mes dernières lectures m’en ont procuré une approche plus détendue). L’animisme des garous (et autres métamorphes…) me parle beaucoup.

      ❤ Gurahls.

      • Corben dit :

        Ah oltrée !!! très bon , son bloodlust est terrible aussi, et que dire de tout les autres que j’ai pus tester en bêtà !! (je suis même dans la liste des remerciement ^^ )

        Je connais pas werewolf plus que ça :$ , je ne suis qu’un jeune rôliste d’il y a 3 ans …

        D’ailleurs mon MJ c’est le Grümph en personne ^^ oui oui

        ps : j’ai finit mon premier marine RW

      • Cousin Nalesk dit :

        Je n’ai vraiment commencé qu’il y a une quinzaine d’années, mais mon intérêt pour a commencé avec HeroQuest… HeroQuest dont les figurines ont été mes premiers peinturlurages (elles sont tombées dans un bain de décapage depuis).

        Et tu n’as pas n’importe quel MJ 🙂

  2. Ping : Compte-rendu de partie : Cœur de Dréanne | Élucubrations ursidées

  3. Ping : Compte-rendu de partie : Deadlands Reloaded, épilogue | Élucubrations ursidées

Votre avis ? Une réponse ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.