Saint Seiya: the Hades Chapters

Sanctuary, Inferno et Elysion, hop hop hop, on déconne pas.

Les Chevaliers du Zodiaque, c’est un vieux souvenir un peu frustré, à savoir l’impossibilité de suivre la série lors de sa première diffusion en France. J’arrivais à peu près à voir un épisode sur deux… Voire moins. C’est avec CDZ Abridged que j’ai enfin pu voir au complet la bataille du Sanctuaire.
Asgard et Poséidon, je n’en parle même pas, heing, c’est pire. J’ai dû voir trois épisodes du premier et un du second.

Du coup, la suite (et fin) sur Netflix… Ben j’ai craqué, normal quoi.

J’en reste dubitatif. Regardé en VF, parce que voilà.

Ma seule satisfaction est d’être resté jusqu’au bout.
Le character design est juste excellent (les armures, bon sang, les armures !), que la musique est parfaite (sauf le générique de début. Non, le générique de début, ça ne passe pas), le reste… Houlala.

L’animation, elle est propre, sans plus. On reste dans la même veine que la série d’origine, avec le peaufinage du début du XXIème siècle et ça passe pas mal (la série d’origine, par contre…)

Si le premier arc – Sanctuaire – partait sur des bases intéressantes (les chevaliers d’or morts pendant la bataille du Sanctuaire, ressuscités par Hadès, viennent chercher la tête d’Athéna), la suite se barre vite en cacahuète. Les chevaliers passent leur temps à pleurer – et TOUS les chevaliers, y compris les moins gentils du lot (au hasard, Masque de Mort et Kanon, les grands méchants du Sanctuaire). En fait, ils versent plus de larmes qu’ils ne versent de sang. À se demander où ils trouvent tout ça.

Autre détail qui m’a chiffonné : la vf dit Cosmo, avant c’était Cosmos… De même Seiya / Seiyar. Ou Shaïna / Shina.. C’est pas grand chose, mais ça m’a fait tiquer à chaque fois.

Bon, depuis le temps, on devrait savoir qu’il y a toujours un personnage pour mettre deux minutes à expliquer ce qu’on vient de voir… et un autre pour le répéter, des fois qu’on ait pas compris.

Mais surtout… 1,5 deus ex machina par épisode. Environ. Les personnages – TOUS – se trouvent TOUJOURS devant une situation inextricable (ou plutôt un ennemi impossible à battre) et hop, un élément extérieur vient donner un coup de main. Le sang d’Athéna, j’peux vous dire que c’est costaud heing (mais je reconnais que ses effets sont d’une classe absolue).
Et on recommence juste derrière.

Alors en soi c’est pas mauvais. Mais c’est tellement farci de moments de type « qu’est-ce que putain de quoi ? » que c’est lassant. Pour tout dire, les 55 minutes de Ghost in the Shell: Arise durent moins longtemps qu’un épisode de 20 minutes de Saint Seyia (1min30 de générique, 45s d’exposition identique à chaque épisode, 45s de rappel de l’épisode précédent, 1min30 de générique de fin incluses).
Mais bon d’là, qu’est-ce que les armures divines sont belles…

Raaah mais pourquoi a-t-il fallu qu’ils détruisent quatre armures d’or ? Sans compter sur le sacrifices des douze chevaliers d’Or (pour certains à peine ressuscités) ! Et Seiya meurt-il ou non à la fin ? Je DÉTESTE quand ça finit en queue de poisson comme ça !

Publicités
Cet article, publié dans Images animées, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre avis ? Une réponse ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.