The Voices

Jerry est un type gentil. Mais il entend des voix…
Il tombe amoureux d’une des filles de la compta à son boulot, et le soir où ils doivent dîner ensemble, ça ne se passe pas comme prévu, pour la plus grande satisfaction de Monsieur Moustache, le chat de Jerry…

Attention, film compliqué. Ou pas.

D’un côté, c’est une comédie d’horreur à l’humour noir dévastateur. D’un autre, c’est la descente aux enfers d’un schizophrène – même si cet aspect est nettement moindre…

La réalisation est super bien pensée – la majorité du film est en jerryvision, un monde beau et propre (du coup, je me demande… les combis de travail, en rose… ?). Quand on revient à la réalité, c’est nettement plus glauque… Surtout après ses découpages. Du coup, on finit par se demander ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas, même si les indices sur le sujet sont nombreux.

Ryan Reynolds est au top. Non seulement il joue extrêmement bien la folie, mais en plus il prête sa voix aux hallucinations (Monsieur Moustaches et son accent hispanique, Bosco et sa voix un peu abrutie… Le cerf qui demande à être achevé…) et ça c’est super fort.

Gemma Arterton dégouline de britannitude et nous offre même un show de slang absolument savoureux au milieu des États-Unis.

Les effets spéciaux sont super propres et même si j’ai essayé de les débusquer, on se laisse prendre.

Le générique est tout simplement la conclusion du film… et c’est brillant, en plus d’être un excellent clip. Je sens d’ailleurs que ça va tomber dans la playlist de la bagnole…

Point bonus : la dame pas encore vieille qui est horrifiée par ce qui se passe à l’écran. Irritant au début pour finir par ajouter un petit peu de surréalisme, donc très drôle.

Bref, c’est super bon.

Publicités
Cet article, publié dans Images animées, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour The Voices

  1. Yellow Stars dit :

    Très drôle malgré certains passages horrifiques qui font froid dans le dos. Mais on rigole tout le temps !

    • Cousin Nalesk dit :

      D’autant plus que les passages les plus horribles sont ceux qui correspondent à la réalité, ceux qui ne sont pas en jerryvision… Ce qui laisse travailler l’imagination le reste du temps.
      Le décalage en est encore plus énorme.

Votre avis ? Une réponse ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.