Hippocrate

Benjamin Barois, interne en médecine, arrive dans le service de son père pour son stage. Nous le suivrons pendant son apprentissage de la réalité du terrain…

J’ai suivi Urgences pendant mon adolescence, la médecine m’intéresse, ça fait partie de ma culture familiale, je ne pouvais pas passer à côté. En plus, la bande-annonce y montre des faluchés, mon passé d’étudiant m’a susurré à l’oreille que c’était VRAIMENT à ne pas rater.

Je ne suis pas déçu, bien au contraire, c’est carrément bien.

Les acteurs… Passent en fait au second plan. Ils sont pourtant très bons. Si Benjamin évolue (ce qui est normal et attendu !), le vrai personnage principal, c’est le fonctionnement d’un service hospitalier… Depuis les couloirs techniques menant à la lingerie jusqu’à ceux du service en passant par la salle de garde, paillarde à souhait, c’est l’envers du décor qui est montré… Le réalisateur, lui-même généraliste, a voulu que des infirmières jouent au milieu des comédiens… Bien lui en a pris ! Le film prend une authenticité certaine, c’est un vrai régal.
Et c’est vraiment la fable, l’action, qui prend de l’importance.

Après, certains n’apprécieront pas l’aspect documentaire… mais la tendresse de Thomas Lilti pour les soignants est telle que zut, voilà.

J’ai lu un médecin qui n’a pas aimé à cause de ce qui est montré, notamment sur le plan déontologique. Je comprends tout à fait.. Il le dit lui même : ce n’est pas un documentaire. Je pense que c’est aussi ce qui fait sa force : le film est réaliste et vraisemblable, mais c’est une fiction : des erreurs sont commises et ça ne passerait jamais dans la Vraie Vie – heureusement.
Quant à l’aspect rabelaisien… Une question se posait dans le petit milieu de la Faluche, la bande-annonce montrant des faluchés en pleine chouille : comment étaient-ils montrés ? Quelle réputation supplémentaire ferait-ce ?
Des fêtards. Ni plus ni moins que les gens autour, simplement déguisés pour la soirée…
C’est en tout cas ce que moi j’ai vu (impossible de lire les faluches : entre le mouvement et le point focal situé ailleurs, il faut vraiment un arrêt sur image pour voir le circulaire ; quant au velours… carrément sobre, j’ai pu distinguer un ruban de province natale argenté, mais l’écusson au dessus était trop flou pour être lisible… Ouais, certaines habitudes sont coriaces).

Brèfle.

Un film à voir.

Publicités
Cet article, publié dans Images animées, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre avis ? Une réponse ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s