Elysium

L’Humanité en 2154, c’est d’un côté les pauvres sur l’immense bidonville qu’est devenue la Terre et les riches dans une magnifique station spatiale, Elysium. Prémisse intéressante.

Mais ça s’arrête là.

Le personnage de Matt Damon (Max) ne possède rien de particulièrement attachant ; celui de Jodie Foster (madame Delacourt), nettement plus complexe (ministre de la défense d’Elysium), aurait mérité d’être approfondi. Le méchant, campé par Sharlto Copley (Kruger), complètement barge, est bien comme ça.
L’univers en soi est touché du bout du doigt. L’immense favela qu’est devenue Los Angeles est assez réussie visuellement, mais moins que la station spatiale théoriquement au centre de l’intrigue…
Ah, justement, l’intrigue… Aïe. Le scénario est basique et ne s’attarde pas sur les aspects les plus intéressants de l’ensemble (le fonctionnement de la station et la relation Elysium / Terre). Le seul twist présent est que la fille de l’amie d’enfance et amour-de-toujours du héros n’est pas l’enfant de celui-ci. Enfin, c’est sous-entendu… Et bien sûr, la fin est aigre-douce.

Visuellement, les décors sont très réussis, mais on a droit à une shaky-cam… Du coup ça bouge un peu beaucoup, en particulier lors des scènes d’action qui sont très floues – la post-prod numérique en rajoutant certainement une couche.

Mention spéciale à la station qui réussit le tour de force d’avoir un système d’attraction globalement réaliste (la gravité artificielle est assurée par la rotation d’Elysium) mais ça s’arrête là : l’atmosphère n’est pas confinée – en tout cas pas par un système visible -, les navettes se posent aisément dans la partie habitée… Le système d’étages (l’armurerie en prend un à elle toute seule ? Étrange pour un endroit qui ne connaît pas la guerre), l’ordinateur central auraient mérité un peu plus d’exposition.
Je n’ai également pas pu m’empêcher de me demander ce que le reste de la Terre était devenu : LA est une immense favela, certes, mais qu’en est-il des autres grandes villes ?

Autre détail qui m’a fait tiquer : trois navettes clandestines partent pour Elysium, elles se font tirer dessus depuis la Terre… Que des navettes puissent amener en orbite de Clarke des gens qui ne sont pas entraînés pour un décollage, soit (on peut imaginer des compensateurs). Mais des missiles qui échappent à l’attraction terrestre, ma suspension d’incrédulité en prend un coup…

Ce qui est (malheureusement) réussi, c’est la mise en abyme de notre société actuelle… Où le fossé entre riches et pauvres ne cesse de se creuser.

Au final : je suis déçu. Le scénario est cousu de fil blanc, les personnages possédant de la profondeur (Jodie Foster / Delacourt)  sont à peine survolés, ce qui est le sort de tous les détails réussis (le bouclier énergétique de Kruger). Le jeu d’acteur de Sharlto Copley est excellent et Jodie Foster n’a que très peu l’occasion d’utiliser le sien… Je pense que la novélisation permettrait de s’étendre sur tous les détails de l’univers. Ou alors un director’s cut… Mais la première solution me semble un peu plus viable.

Publicités
Cet article, publié dans Images animées, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre avis ? Une réponse ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s